Accueil du site
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

La Médiathèque départementale

Historique

La médiathèque départementale : le livre en route...

Le Département de l'Isère, en application des lois de décentralisation, a hérité en 1984 de la responsabilité de la Médiathèque départementale de l'Isère (MDI) qui a pour mission de développer la lecture dans les 521 communes de moins de 10 000 habitants. Le département peut ainsi se prévaloir d'un bon maillage territorial qui s'inscrit dans une démarche de solidarité. La politique d'aide financière conforte cette démarche, favorisant l'autonomie et la responsabilisation des structures partenaires.

La Médiathèque départementale de l'Isère est directement rattachée à la direction de la culture et du patrimoine dont elle est l'un des outils majeurs.

 

 1945 : le pays ravagé entame sa reconstruction. Trois années avant le plan Marshall, le gouvernement français, sous l'impulsion du général de Gaulle, met en place un vaste dispositif d'éducation populaire. La lutte contre l'illettrisme par la promotion de la lecture en est le principal objectif.

La plupart des petites communes ne pouvant subvenir financièrement au fonctionnement d'une bibliothèque publique, l'ordonnance du 2 novembre 1945 décrète la création d'une bibliothèque centrale de prêt (BCP) par département. Chaque BCP, qui dispose d'un bibliobus, effectue le ravitaillement en livres des communes de moins de 15 000 habitants par un dépôt temporaire et renouvelable. Mais le budget du ministère de l'Éducation nationale est limité et seulement huit BCP voient le jour la première année ; dont celle de l'Isère !

Pourquoi l'Isère ? En hommage au courage des maquisards ? En raison de son caractère alpin ? À cause de la proximité de l'Italie ? Ou plus simplement grâce à l'implantation, depuis 1772, de la bibliothèque municipale de Grenoble ? Certainement pour toutes ces raisons. À cette époque, si on exclut Grenoble et Vienne (qui comptent chacune 15 000 habitants), le département compte 448 000 habitants répartis dans 564 communes. Une enquête réalisée en 1945 sur l'état des bibliothèques scolaires et populaires iséroises montre qu'elles ne sont pas alimentées régulièrement, et en très faible quantité. Les livres sont alors une denrée rare et précieuse.

En cette période d'après-guerre, les besoins sont immenses et les ressources très limitées. Le personnel comprend un bibliothécaire directeur, un sous-bibliothécaire, un secrétaire dactylographe et un chauffeur auxiliaire, tous fonctionnaires de l'État. Une camionnette Renault (de 14 CV) est fournie et la BCP s'installe dans deux pièces de l'appartement de la directrice. Une époque pionnière ! Il faudra attendre 1948 pour que la BCP emménage à la cité administrative de Grenoble, dans les anciennes prisons.

Emballés dans les caisses en bois, les livres sont, en majorité, déposés dans les écoles sous la responsabilité de l'instituteur. Cet état de fait sera entériné par la circulaire du 10 novembre 1952 qui impose l'école comme un partenaire obligatoire des BCP.
Puis, en 1953, l'association des Amis de la BCP verra le jour, pour appuyer l'action de la bibliothèque, la faire connaître dans la presse et participer à l'enrichissement de ses collections. Fin 1946, 7 185 volumes ont été livrés dans 71 dépôts. Trois ans plus tard, les dépôts sont au nombre de 329.

 L'année 1962, époque charnière des « Trente glorieuses », est marquée par l'arrivée en masse des rapatriés d'Algérie : Pieds noirs mais aussi un grand nombre d'Algériens venus travailler dans les industries iséroises florissantes (bâtiment, chimie, papeterie, carrières, textile). Les écoles se multiplient, les dépôts de livres aussi. Six cents dépôts sont alors ouverts dans 525 communes. Un deuxième bibliobus, appelé « bibliobus-rayon », est acquis. Ce véhicule qui propose uniquement des livres pour adultes procède aux premiers prêts directs. Les dépôts se multiplient (680 en 1964) et se diversifient : mairies, écoles, centres sociaux, maisons de jeunes, maisons d'enfants, usines, colonies de vacances...

 La période 1968-1969 marque une étape majeure dans l'histoire de la BCP de l'Isère. Le recrutement d'un deuxième chauffeur permet de faire tourner les deux véhicules en même temps sur le territoire. De façon générale les missions des BCP sont renforcées. La circulaire du 22 février 1968 prône la création d'animations autour du livre. En outre, Les BCP seront désormais compétentes pour soutenir le développement de la lecture publique dans les communes de moins de 20 000 habitants.

 En 1971, le rapport de la directrice, Michèle Favre, souligne les besoins de la BCP : livres en mauvais état, local encombré, budget insuffisant, service quasiment à saturation... Par ailleurs, bien que généralement annuels, les dépôts limitent les possibilités de prêt direct. L'État prend alors conscience des besoins grandissants de ces services de lecture ambulants. De 1971 à 1975, le président de la République Georges Pompidou marque son intérêt pour la lecture publique. Il décide l'ouverture de BCP sur tout le territoire français, la création de nouveaux bâtiments, le doublement du nombre des bibliobus et une augmentation significative des crédits et du personnel.

De nouveaux moyens sont ainsi attribués à la BCP de l'Isère. Elle déménage en 1972 dans un local mis à disposition par le Conseil général au 9 rue Lesdiguières, à Grenoble. Elle se voit dotée de deux bibliobus supplémentaires. En 1975, l'effectif s'élève à 13 personnes et la notion d'équipage voit le jour : chaque bibliobus, outre le chauffeur, dispose d'un sous-bibliothécaire, dessert toujours les mêmes dépôts. D'où une meilleure communication entre les équipes du bibliobus et leurs usagers. Mais 64 % des prêts sont encore des dépôts par caisse. La création d'une annexe est à l'ordre du jour en raison des temps de trajet pour desservir le Nord-Isère.

Le décret du 29 octobre 1975 transfère la tutelle des BCP de l'Éducation nationale au ministère de la Culture. Les années suivantes sont marquées par la consolidation et la conquête du public adulte. En effet, la circulaire du 17 juillet 1978 précise les missions des BCP en faveur de la lecture des adultes et prône la création de bibliothèques-relais. Les communes sont alors liées par des conventions avec l'État.

Peu à peu, la BCP de l'Isère voit augmenter le nombre de communes desservies en prêt direct et les toutes premières bibliothèques municipales apparaissent sur le département. En 1981, le service déménage pour s'installer dans ses locaux actuels, à Saint-Martin-d'Hères. L'État rachète et réhabilite une ancienne usine de 1 250 m², à laquelle on adjoint un garage.

 Une nouvelle dynamique est lancée, tant au niveau national qu'au niveau isérois. 1982 voit la création d'un plan d'informatisation des BCP, tandis que l'article 60 de la loi du 22 juillet 1983 prévoit le transfert des BCP aux départements. Ce n'est que trois ans plus tard qu'elles seront officiellement placées sous l'autorité des conseillers généraux. La circulaire du 1er août 1985 de Jean Gattégno, alors directeur du livre, précise la mission de coopération des BCP en direction des communes de moins de 10 000 habitants et impose l'abandon de la desserte scolaire.

 Un premier plan de développement de la lecture en Isère est signé entre le ministère de la Culture et le Conseil général en 1984. Ce dispositif prévoit une forte augmentation des moyens de la BCP. Six personnes sont recrutées et, en mai, l'annexe de Bourgoin-Jallieu est ouverte dans des locaux industriels réaménagés. Cette période voit la constitution d'un réseau de bibliothèques-relais tenues par des bénévoles. La BCP soutient ces petites bibliothèques par le prêt régulier de livres mais aussi par des aides matérielles en mobilier, en dépôts de longue durée, par des conseils techniques sur le bâtiment, le mobilier, les collections, la gestion d'un équipement, etc.

 Le service se modernise en 1984 par l'informatisation, avec le logiciel « Libra », et par la création d'une discothèque riche d'un fonds de 3 000 disques et cassettes sur le site de Bourgoin-Jallieu. En 1987, l'annexe s'agrandit d'une salle de formation et dispose de trois bibliobus. La modernisation se poursuit en 1990 par la création d'un nouveau secteur musique sur le site de Saint-Martin-d'Hères et la mise en place du logiciel « Opsys », parallèlement à la diminution des prêts scolaires.

 À partir de 1990, les services proposés par la BCP s'enrichissent d'un secteur animation-formation. Des subventions permettent d'entreprendre des travaux et d'ouvrir des postes de bibliothécaires pour les bibliothèques-relais. Le site de Bourgoin-Jallieu est doté d'un musibus.

 La loi du 13 juillet 1992 ordonne que les BCP deviennent des bibliothèques départementales de prêt (BDP) et la nouvelle bibliothèque départementale de l'Isère (BDI) est rattachée à la direction des Affaires culturelles (DAC) du Conseil général. Parallèlement, une aide financière, le « concours particulier départemental », est créée au sein de la dotation générale dans le cadre de la décentralisation.

 Le plan de réorganisation 1992-1996 de la BDI permet de généraliser les relations contractuelles entre les communes desservies et le Conseil général, qui remplace progressivement les passages des bibliobus en prêt direct et dans les écoles par des bibliothèques publiques, municipales ou intercommunales. Les aides départementales sont associées à celles de l'État (concours particulier, centre national du livre...), et les formations organisées pour les bénévoles et les bibliothécaires professionnels de l'Isère permettent de tisser un réseau d'équipements de lecture publique de qualité et en développement constant.

 Le plan lecture de 1997-2001 vise à réaliser des pôles documentaires dans les cantons où ils n'existent pas encore. Un fonds de cédéroms est créé et les secteurs formation-animation et musique sont renforcés. Enfin, le 29 mars 2002, le nouveau plan de développement de la lecture publique est adopté à la quasi-unanimité par l'assemblée départementale. Ce plan annonce la nécessité de réorganiser la desserte des documents autour de médiathèques, des têtes de réseau gérées par des professionnels.

Cette modernisation structurelle va de pair avec la modernisation des outils de communication puisque, en 2003, un site web est dédié aux actions de la BDI. Il est refondu en 2006 pour servir d'outil interactif avec les bibliothèques du réseau, qui peuvent avoir notamment un accès direct au catalogue de la BDI et à toutes ses prestations. L'ouverture d'un service de réservation avec un système de navette mensuel est mis en place en 2005, l'objectif étant de répondre mieux et plus vite aux besoins de la population.

 En 2006, Suzanne Ségui prend la direction de la BDI. Les premières têtes de réseaux sont alors ouvertes et la mise en œuvre du plan 2002 s'accélère. En 2009, huit réseaux intercommunaux sont en fonctionnement autour de médiathèques têtes de réseau (MTR). Le musibus du Nord-Isère, transformé en médiabus, s'avère être un véhicule idéal de desserte intermédiaire.

 En 2010, la BDI inaugure son nouveau site internet dans le cadre de l'ouverture du portail isère-culture. L'année 2010 est aussi celle du déménagement du site de Bourgoin-Jallieu dans nouveaux locaux plus spacieux, modernes et fonctionnels à la Maison du territoire de la Porte des Alpes. Cette année 2010 est également marquée par l'ouverture du prêt de DVD et le développement des ressources en ligne (REL). 

En 2012, la BDI devient le Service de la lecture publique (SLP).

Partager cette page  

Médiathèque départementale

Site de Bourgoin-Jallieu

Maison du Département - Porte des Alpes
18 Avenue Frédéric Dard - CS 90051
38307 Bourgoin-Jallieu

Tél. : 04.26.73.07.00

Fax : 04.26.73.07.07

mediath@isere.fr

plan d'accès

ouverture au public : 8h30 - 12h30 et 13h30 - 17h00

 

Site de Saint-Martin-d'Hères

1 rue Alfred Gueymard
38400 Saint-Martin-d'Hères

Tél. : 04.76.63.30.70

Fax : 04.76.42.74.73

mediath@isere.fr

plan d'accès

ouverture au public : 8h30 - 12h30 et 13h30 - 17h30